La diversification alimentaire

Bien nourrir son bébé est essentiel pour l’aider à bien grandir et à lui donner de bonnes habitudes pour plus tard. Entre allaitement maternel, biberons, diversification alimentaire… il existe des bons réflexes à retenir pour une bonne alimentation du bébé.

Le lait, source d’alimentation du bébé 

baby surrounded with fruits and vegetables on blue blanket, healthy child nutrition

Le lait est le premier aliment du bébé, qu’il s’agisse du lait maternel ou du lait infantile. Dès sa naissance jusqu’à ses 4 mois, le bébé doit être exclusivement nourri de lait (jusqu’à 750ml par jour entre 2 et 4 mois). Au moment de la diversification alimentaire, cette quantité journalière diminue, mais le lait doit rester tout de même la base de son alimentation jusqu’à ses 3 ans (environ 500ml par jour après 6 mois). Toutefois, l’allaitement maternel est recommandé pas l’OMS, car il couvre les besoins nutritionnels du bébé et l’aide dans sa croissance et dans son développement. Il est également prouvé que les nutriments qui composent le lait maternel sont parfaitement adaptés au nourrisson en ce sens qu’ils contribuent à la bonne digestion par celui-ci. Par ailleurs, les avantages liés à l’allaitement sont encore nombreux – entre autres, les risques moins élevés d’infection (respiratoire, gastro-intestinale…), la réduction des risques d’obésité à l’adolescence et du syndrome de mort subite chez le nourrisson. De plus, le lait maternel est pratique, économique, écologique et ne nécessite aucun transport.

La diversification alimentaire, une étape clé dans l’alimentation du bébé 

À partir de 4 mois, le bébé est initié au plaisir de manger. Il a de nouveaux besoins nutritionnels, et son système digestif est capable de digérer de nouveaux aliments. Entre nouveaux goûts, nouvelles odeurs, nouvelles textures…, on peut dire que la diversification alimentaire est une étape très importante dans l’éducation culinaire de l’enfant… Il est dorénavant nécessaire de préciser que la diversification alimentaire se fait en fonction de l’éveil au goût et de la qualité des produits locaux.

Généralement, les spécialistes recommandent de commencer la diversification par quelques grammes d’aliments seulement dans un premier temps, mais la quantité d’aliments augmente au fur et à mesure des semaines et en fonction de l’appétit du bébé.

Les règles d’or d’une bonne diversification alimentaire

Comment introduire les légumes ? Par quels légumes commencer ? Et les fruits ? À quand la première céréale ? Et les boissons ? Quel aliment selon l’âge du bébé ?… Eh oui, nourrir un nouveau-né n’est jamais chose facile ! Pour réussir une bonne diversification alimentaire, plusieurs règles sont à respecter. Pour vous faciliter la tâche, voici des directives que vous pourriez suivre ou prendre comme source d’inspiration afin de créer divers menus à vos petits gourmets.

  • Commencez par les légumes : Il est recommandé de commencer avec des légumes pas trop forts en goût et en fibres. Le mieux est de choisir la carotte ou les légumes verts (la courge, la courgette, les épinards, les haricots verts), car ils sont sans risques allergènes. Puis, mixez un légume pour obtenir une texture plus ou moins épaisse. Il est important de ne mixer qu’un légume à la fois pour lui faire différencier les goûts de chaque aliment. Une à deux cuillères de cette purée sont amplement suffisantes pour la première semaine.
  • Ajoutez les fruits : comme les légumes, les fruits sont à déguster sous forme de compotes. Il est nécessaire de privilégier les fruits simples tels que la banane, la poire, la pêche lors des premières semaines de diversification, mais à partir de 6 mois, les fruits peuvent être mangés crus à condition d’être bien écrasés. Les fruits se prennent à l’heure du goûter, en complément du lait.

Ainsi, les fruits et légumes sont fortement conseillés, car c’est en les introduisant un maximum à cette période que l’on limiterait les risques d’allergies aux alimentaires pour plus tard.

  • Les céréales et féculents : Les céréales doivent être introduites en petite quantité à partir de 5 mois, car elles sont la base d’une alimentation équilibrée lorsque l’enfant grandit. La dose conseillée des céréales infantiles qu’on dilue dans le biberon est une cuillère à café rase par mois d’âge et par jour (par exemple : à 6 mois : 4 cuillères à café rases matin ou soir). Par ailleurs, la pomme de terre doit être le premier féculent à introduire, car elle permettra de lier les purées du bébé.
  • Les viandes, poissons, œufs : optez pour la volaille pour faire découvrir la viande à vos bébés à partir de 6 mois. Les poissons et les œufs sont à déguster à partir de 7 mois en infimes quantités (environ 10g par jour).
  • Les boissons : Il est nécessaire de privilégier l’eau minérale et à partir de 12 mois l’enfant peut consommer du jus dilué. Les boissons gazeuses sont réservées à partir de 3 ans.
  • Les aides culinaires et les produits sucrés : les matières grasses sont à éviter autant que possible. L’ajout d’une petite quantité de sel ou de poivre est tolérable à 12 mois. Pour ce qui est de la sucrerie, celle-ci est autorisée à partir des 18 mois de l’enfant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *