Quand donner de la viande à bébé ?

Lorsque le bébé grandit, son alimentation évolue. Habitué au lait maternel ou maternisé, il va ensuite découvrir fruits, légumes, fromages… Une fois ces aliments introduits, il est temps de mettre un peu de viande aux menus du nourrisson. L’introduction de la viande au sein des repas de bébé va optimiser ses apports de fer, zinc et vitamines du groupe B. 

Introduction des protéines dans l’alimentation du bébé 

Voilà que bébé a fait une belle avancée dans la diversification alimentaire. Il est désormais temps de lui faire découvrir le monde des protéines ! Il est nécessaire d’introduire des protéines dans l’alimentation, car ce sont les constituants fondamentaux des cellules. Autant dire qu’elles jouent un rôle important dans la croissance et le développement du nourrisson. C’est notamment grâce à elles que l’organisme du bébé pourra se défendre contre les virus et les bactéries. De plus, les protéines ont une teneur élevée en acides amenés indispensables à l’enfant. Le seul moyen d’en fournir au bébé est de les apporter dans son alimentation. Fort heureusement, les viandes, les poissons et les œufs en regorgent. 

Quand doit-on introduire la viande dans l’alimentation ?

Arrivé à un certain âge, le bébé doit combler des besoins plus grands en énergie et en nutriments. C’est le moment d’introduire dans son régime des aliments « solides » ou complémentaires. Il a été approuvé qu’à partir de 6-7 mois, on peut introduire dans le régime alimentaire du bébé poissons et viandes. En général, toutes les viandes sont permises (poulet, dinde, porc, veau…). Les morceaux maigres, tendres et de bonnes qualités sont à préférer. De même, tous les poissons peuvent être savourés par l’enfant et les poissons gras (maquereaux, saumons…) sont particulièrement conseillés, car riches en oméga-3, ils jouent un rôle déterminant dans le développement du cerveau, du système nerveux et de la vision. Ainsi, le poisson peut très bien remplacer la viande ; il doit même figurer au menu deux fois par semaine.

Viennent alors les questions : quelle viande choisir ? Comment la préparer ? Pour vous faciliter la tâche, une guide d’instruction sera mise à votre disposition selon les tranches d’âges de la période de diversification alimentaire :

  • Entre 4 et 6 mois : Commencez par introduire de la viande bien cuite et mixée au repas de midi. Vous pouvez soit lui donner directement la viande mixée à la cuillère, soit la mettre dans le biberon de lait. Si vous lui donnez différents aliments, il est nécessaire de les séparer pour qu’il puisse apprécier les différentes saveurs. Au tout début, préférez des viandes maigres et digestes telles que le blanc de poulet ou de dinde, l’escalope ou rôtis de veau. En revanche, il est impératif d’éviter les charcuteries mis à part le jambon blanc.
  • Entre 6 et 12 mois : bébé continue à ne manger que la viande bien cuite et mixée à un seul repas. En ce qui concerne le type de viande, variez avec du porc dans le filet (côtelettes). Peu à peu, avec l’arrivée des dents, la viande peut être servie hachée ou en petits morceaux.
  • Entre 1 an et 3 ans : Le bébé ne peut toujours manger de la viande qu’une fois par jour. Mais il peut manger une fois par semaine un abat riche en fer comme le foie. 

Quelle quantité de protéines doit-on introduire dans l’alimentation du bébé ?

Les besoins nutritionnels du bébé évoluent au fil de sa croissance. C’est pourquoi les quantités de protéines qu’on lui sert doivent également évoluer avec son âge.

  • Entre 4-6 mois : côté quantité, il est impératif d’y aller progressivement, et ce en fonction de l’appétit du bébé. À cet âge-là, le bébé mange environ 10g de viande soit 2 cuillerées à café par jour. 
  • Entre 6-12 mois : toujours de façon progressive, il faut passer de 10g par jour à 20g par jour au bout de 10 mois (soit 4 cuillerées à café de viande). 
  • Entre 1 an et 3 ans : les quantités de viandes prescrites pour cette catégorie d’âge sont de 20g à 1 an (soit 4 cuillerées à café ou 1 cuillerée à soupe), 30g à 2 ans (soit 1 cuillerée à soupe et demie) et enfin 40g à 3 ans (soit 2 cuillerées à soupe).

Toutefois, on peut constater que depuis le début de la diversification alimentaire jusqu’à la 3ème année du bébé, les portions demeurent assez faibles, puisqu’il faut donner la priorité à une alimentation lactée.

Enfin, pour pouvoir intégrer ces nouveaux aliments dans les plats du bébé :

  • Il est recommandé de ne pas cacher un nouveau goût sous un autre 
  • L’idéal sera d’intégrer les nouvelles saveurs lors du repas du midi
  • L’excès de protéines n’est pas l’idéal pour une bonne digestion

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *